« La dynamique de l’économie mixte dans la région Occitanie/ Pyrénées-Méditerranée » (publication AFDCL)

9782343121161fLe jury du Prix du Mémoire de Master 2 a distingué pour son édition 2016, le mémoire de Jean-Marc BOU intitulé « La dynamique de l’économie mixte dans la région Occitanie/ Pyrénées-Méditerranée », rédigé sous la direction de la Professeure Nathalie LAVAL, à l’Université Toulouse 1 Capitole.

« La dynamique de l’économie mixte dans la région Occitanie/ Pyrénées-Méditerranée ». Avec l’entrée en application de la loi du 16 janvier 2015 portant délimitation des régions et celle du 7 août 2015 portant nouvelle organisation territoriale de la République, l’économie mixte locale aborde une nouvelle phase de son histoire.

Cette étude prend le parti de restituer l’utilisation de cette forme juridique, au service de l’intérêt général, dans sa dimension locale et de mettre en perspective la manière dont les collectivités territoriales l’utilisent. Elle a pour cadre la nouvelle région Occitanie, où la dynamique de l’économie mixte y est soutenue, influencée à la fois par son histoire et sa géographie.

A la croisée du droit public et du droit privé, mais également des sciences politiques et des sciences économiques, cette étude met l’accent sur les facultés d’adaptation de cette forme juridique d’association du public et du privé, mais aussi sur le rôle qu’elle peut jouer dans la recomposition d’un territoire régional complexe. En filigrane, c’est la valeur et le rôle de l’économie mixte qui se dessine. Loin d’apparaître archaïque et désuète, l’économie mixte est un mode de gestion des services publics équilibré qui bénéficie d’une certaine « plasticité ». En valorisant son analyse fonctionnelle, l’économie mixte trouve une nouvelle vitalité. »

****

Jean-Marc BOU qui a rédigé ce mémoire dans le cadre du Master 2 en droit public des collectivités territoriale obtenu à l’Université Toulouse 1 Capitole, est également diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris et travaille dans une grande institution financière publique.

 

Les commentaires sont fermés.